Communiqués

La loi de 1905, toute la loi de 1905

Le 9 décembre, date anniversaire de l’adoption de la loi de 1905, est l’occasion pour la Ligue des droits de l’Homme (LDH) de rappeler son attachement à la laïcité et d’interroger les effets sur la liberté de conscience et de culte de la loi du 24 août 2021 « confortant le respect des principes de la République », dite aussi loi sur le « séparatisme ». 

Urgence pour l’hôpital public, désastre sanitaire en cours

Notre accès à une santé de qualité et de proximité est de moins en moins assuré malgré l’abnégation des personnels. L’hôpital public se désintègre avec partout des fermetures de lits, de services, en particulier d’urgence et de SMUR mais aussi en psychiatrie, en chirurgie, en médecine, en soins de suite…

55 organisations membres de la FIDH sont solidaires de Memorial

Nous, les organisations 55 soussignées de la Fédération internationale des droits humains, condamnons dans les termes les plus durs les tentatives actuelles des autorités russes de liquider deux des principales ONG russes de défense des droits humains : Memorial international et son organisation associée, membre de la Fédération, le Centre des droits humains « Memorial » ». Ces accusations motivées par des raisons politiques visent à décimer encore davantage la société civile russe et doivent être abandonnées immédiatement.

Budget pénitentiaire 2022 : la prison reste le seul horizon

Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2022, les membres de l’Assemblée nationale examinent aujourd’hui, lundi 25 octobre, les crédits de la mission Justice et, parmi eux, ceux dédiés à l’administration pénitentiaire. Une fois de plus, les priorités budgétaires sont aux antipodes des véritables besoins et traduisent une orientation stratégique où la prison reste, encore et toujours, la peine de référ

Dignité et pouvoir d’agir : remettre les droits humains au cœur de la vie en société

Augmentation du nombre de demandeurs d’emploi et de jeunes plongés dans la précarité, files d’attente interminables devant les distributions alimentaires… La pandémie de Covid-19 qui s’est abattue sur le monde début 2020 a accru la pauvreté et creusé les inégalités, au sein des sociétés mais aussi entre les pays. La généralisation des démarches numériques a par ailleurs fragilisé les personnes de milieux défavorisés. Confrontées à des guichets fermés, elles se sont retrouvées en situation d’exclusion numérique faute d’avoir un ordinateur, une connexion et/ou de maîtriser le web. Mal équipés pour les cours à distance, des élèves ont aussi décroché.

Passe sanitaire : un mauvais coup

La lutte contre une pandémie est une nécessité qui n’implique ni déni du débat démocratique ni manifestations d’autoritarisme pas plus que le recours à la violence ou à une démagogie complotiste ou nauséabonde.
Le coup de force parlementaire auquel se livre le gouvernement présente tous les risques d’un système illisible, contradictoire et susceptible de provoquer plus de tensions que de bénéfices sanitaires alors qu’en même temps il porte lourdement atteinte aux libertés individuelles..

Julian Assange, 50 ans, dix ans de privation de liberté !

Depuis bientôt dix ans, Julian Assange est privé de liberté ! Qu’il s’agisse des sept ans passés dans l’ambassade d’Equateur à Londres où il bénéficiait du droit d’asile mais a vécu pratiquement en reclus, puis de son arrestation par la police britannique le 11 avril 2019 suite au retrait, par le président Lenin Moreno, de l’asile accordé par son prédécesseur, la vie de Julian Assange n’est depuis dix ans qu’une succession d’accusations infondées, de torture et d’injustices. Il est depuis 2019 maintenu dans une prison de haute sécurité au prix de sa santé physique et mentale, alors même qu’un tribunal britannique a refusé son extradition vers les Etats-Unis où il risque cent-soixante-quinze ans de prison en raison des risques de procès inéquitable.