23 Février 2021 – Tribune de Malik Salemkour “Contrat d’engagement républicain, vers une démocratie muselée ”, publiée sur Mediapart

L’article 6 du projet de loi relatif au respect des principes de la République, en débat au Parlement, oblige les associations comme les syndicats sollicitant une subvention publique à signer un « contrat d’engagement républicain ». Si elle était adoptée, cette obligation, d’apparence formelle, serait lourde de conséquences et affaiblirait gravement notre démocratie et nos libertés fondamentales.

Pas de profit sur la pandémie

La LDH s’associe à la campagne « No profit on pandemic.eu – Droit aux vaccins et aux traitements ». Cette campagne, prend la forme d’une Initiative citoyenne européenne (ICE). Une ICE nécessite de réunir 1 million de signatures, avec un seuil minimum par pays (55 695 pour la France) pour faire une proposition de loi à la Commission européenne.Face à la crise du Covid-19, personne n’est en sécurité tant que tout le monde n’a pas accès à des traitements et des vaccins sûrs et efficaces.La campagne vise à faire pression sur la Commission européenne pour qu’elle fasse tout pour que vaccins et traitements anti-pandémiques soient reconnus comme un bien public mondial, librement accessible à tous

Jeunes majeurs étrangers, sortir de l’impasse

L’actualité a mis au grand jour la situation de jeunes étrangers présents depuis des années en France, arrivés soit mineurs isolés, soit avec leur famille, en cours d’études, d’apprentissage, accédant à l’emploi souvent dans des secteurs en pénurie de main-d’œuvre et soudain victimes de refus de séjour avec obligation de quitter le territoire (OQTF) dès lors qu’ils arrivent à leur majorité.

Nouvelles entraves au droit de manifester : on connaît la musique !

48 heures après les Marches des libertés, qui ont réuni 200 000 personnes dans 88 mobilisations recensées par la coordination, un autre bilan doit être dressé. Celui de l’arbitraire policier et judiciaire.
Si l’écrasante majorité des cortèges a pu s’ébranler dans le calme et la détermination, Paris, Montpellier, Lyon, Limoges et Toulouse ont connu des entraves graves à la liberté de manifester.

Marchons partout pour les libertés et contre l’arbitraire ce samedi 16 janvier

La proposition de loi dite « Sécurité globale » a été votée par l’Assemblée nationale et poursuit son cheminement parlementaire au Sénat. L’annonce par le gouvernement de la réécriture du texte par une commission indépendante a fait long feu puisqu’elle était tout simplement contraire au principe de séparation des pouvoirs. Une commission sénatoriale a consulté certaines organisations membres de la coordination en leur annonçant que l’article 24 de la loi serait bien réécrit pour être éventuellement introduit dans l’article 18 de la loi dite « Séparatisme ».

Le Conseil d’Etat ne suspend pas l’extension du fichage des militants

Par ordonnances du 4 janvier 2021, le juge des référés du Conseil d’Etat vient de rejeter le référé-suspension contre trois décrets en date du 2 décembre 2020 modifiant les fichiers EASP, PASP et GIPASP[1], recours initié par des organisations syndicales et le Gisti, et auquel la Ligue des droits de l’Homme était intervenue, ainsi que la section française de l’Observatoire international des prisons, la Quadrature du net et le Syndicat national des journalistes.

Pour le respect des droits des personnes transgenres

Fouad, lycéenne transgenre de 17 ans a mis fin à ses jours le 16 décembre dernier.
Les causes de son suicide sont probablement multiples et ce nouveau drame rappelle cependant l’urgence à agir alors que les personnes transgenres ont un taux de suicide sept fois plus élevé que le reste de la population et qu’elles sont victimes de nombreuses discriminations, voire d’agressions.

« la Nuit des tentes : le pire s’est produit. L’horreur et l’indigne, la statue de la République était pétrifiée ».

Le pire est que les 400 exilés présents à 19h à Place de la République dormiront de nouveau dehors cette nuit, loin à Clichy, loin à Saint Denis, cachés sous les ponts des canaux ou ailleurs, invisibles. Le pire est que de nouveau, nous ne les verrons pas s’endormir blessés dans le froid.

Cachez ces violences policières que je ne saurais voir

« J’avais fait une promesse, qui était celle de ne plus pouvoir diffuser les images des policiers et des gendarmes sur les réseaux sociaux. Cette promesse sera tenue puisque la loi prévoira l’interdiction de la diffusion de ces images », résume Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, lorsque Jean-Jacques Bourdin l’interroge sur la proposition de loi (PPL) «Sécurité Globale».

Une proposition de loi sécurité globale contre la liberté de la presse

La proposition de loi dite de « sécurité globale », déposée par la majorité gouvernementale, entend interdire la diffusion, par tous moyens, de l’image d’un policier, d’un gendarme ou d’un militaire en opération, dans le but de porter atteinte à leur intégrité physique ou psychique.