Ligue des droits de l'Homme 69

Ldh69ldh.rhone@gmail.com34 cours de Verdun 69002 Lyon

La fédération du Rhône de la Ligue des droits de l’Homme.

Association de la loi de 1901, la Ligue française de défense des droits de l’Homme, « LDH », regroupe les femmes et les hommes de tous horizons et toutes conditions, qui choisissent librement de s’associer afin de réfléchir, discuter, agir pour la défense des droits et libertés, de toutes et de tous. Elle intervient sur l’ensemble du territoire à travers ses sections locales.

Articles récents

Julian Assange, 50 ans, dix ans de privation de liberté !

Depuis bientôt dix ans, Julian Assange est privé de liberté ! Qu’il s’agisse des sept ans passés dans l’ambassade d’Equateur à Londres où il bénéficiait du droit d’asile mais a vécu pratiquement en reclus, puis de son arrestation par la police britannique le 11 avril 2019 suite au retrait, par le président Lenin Moreno, de l’asile accordé par son prédécesseur, la vie de Julian Assange n’est depuis dix ans qu’une succession d’accusations infondées, de torture et d’injustices. Il est depuis 2019 maintenu dans une prison de haute sécurité au prix de sa santé physique et mentale, alors même qu’un tribunal britannique a refusé son extradition vers les Etats-Unis où il risque cent-soixante-quinze ans de prison en raison des risques de procès inéquitable.

Commandez le guide LDH »Lutter contre le racisme. Débats, enjeux et controverses d’aujourd’hui »

Ce guide de 96 pages, est centré sur les débats actuels, politiques et académiques autour de différentes notions (privilège blanc, intersectionnalité, universalisme, post-colonialisme, décolonialisme, laïcité…). Il en propose une approche historique, sociologique et politique illustrée par les différentes positions prises par la LDH dans une actualité récente. Les campagnes politiques actuelles visant le monde universitaire confirment l’utilité et l’actualité de cet outil pédagogique.

Expulsions : les pouvoirs publics doivent tout mettre en œuvre pour éviter de nouvelles souffrances sociales

Depuis la fin de la trêve hivernale des expulsions le 1er juin, les remontées de terrain issues des associations du Collectif des associations unies témoignent d’une multiplication des expulsions d’habitats informels et des risques d’expulsions locatives sans solutions adaptées et pérennes sur les territoires. Ces expulsions interviennent malgré les diverses mesures prises par le gouvernement pour limiter leur impact : maintien des capacités du parc d’hébergement d’urgence ouvertes pendant la crise sanitaire et l’hiver (43 000 places) a minima jusqu’à mars 2022, abondement des Fonds de Solidarité Logement et du Fonds d’indemnisation des bailleurs, instruction aux préfets visant à ne pas expulser les ménages locataires sans solution d’hébergement ou de relogement.

Recevez directement le nouveau contenu dans votre boîte de réception.